Du 1er au 30 juin, la bouquinerie Le Vent des Livres reçoit Céline Letrecher, photographe amatrice qui adore prendre en photo notre beau bout du monde.


Céline Letrecher nous parle d’elle et de sa façon de photographier.
Professeure-documentaliste dans un collège, je me sers parallèlement de la photographie comme moyen d’expression depuis de nombreuses années. J’aime me promener et partir à la rencontre de gens ou de lieux. La côte du Cotentin est un espace éblouissant et je photographie les éléments de façon à composer des images réalistes et quelquefois des images un peu plus floues et surréalistes.
Tout en pratiquant parfois la photographie numérique, je trouve qu’elle n’égale en rien la photographie argentique.
La photographie argentique est un art qui permet de tout maîtriser du début à la fin : de la prise de vue au tirage en laboratoire, en passant par le développement de la pellicule, tout est manuel. Chaque photographe réalise un travail unique et donne sa propre vision d’un endroit.
A Cherbourg-en-Cotentin, le PLO, la MJC ou le CLT, notamment, célèbrent encore le travail et la création argentique.
Contact : Celine Lencreeciel lencrethereciel@laposte.net
www.instagram.com/encrethereciel/Cotentin Côté ville, côté rives, côté rêves.
Série de photographies argentiques réalisées à Cherbourg-en-Cotentin et le long du littoral est du Cotentin.
Dans cette série de photos, l’appareil et la pellicule « se promènent » lentement.
Il ne s’agit pas de faire un portrait fidèle d’une ville et d’un espace mais de montrer les images qui peuvent surgir lorsque l’on traverse un lieu, et qui sont très personnelles. Il s’agit de représenter certains éléments de notre environnement proche et familier avec un autre regard.
Différents endroits de la ville de Cherbourg sont représentés et quelques détails sont relevés dans différents quartiers. D’autres photographies sont prises le long du littoral du Val de Saire, espace particulièrement propice à la rêverie.
Bien regarder les reflets, les ombres et les couleurs du Cotentin permet d’avoir une vision singulière des lieux, entre concret et imaginaire.
Le travail de laboratoire, propre à la pratique de la photographie argentique, permet de nuancer les lumières ou d’accentuer certains détails pour faire apparaître une ville et un lieu sous un jour différent. Certaines photographies existent grâce à une double-exposition dans l’agrandisseur. Ces tirages sont réalisés « à la maison » avec quelques tests et accidents, propres aux expériences argentiques.