En allant faire un tour à la bouquinerie, j’ai remarqué que Claude avait À la grâce des hommes de Hannah Kent en vente. Je me permets de publier mon retour dans le cadre des #ambassadeursleventdeslivres.

Si mon retour succinct, (retour qui date de 2014, époque à laquelle je l’ avais lu) vous titille ce livre est dispo 😊Islande, XIXème siècle, Agnes Magnúsdóttir, servante, femme à tout faire aurait tué son patron et amant, avec deux complices. Le commissaire de police du canton, décide que les trois inculpés seront décapités en Islande et non au Danemark, les mettre en prison coûtant trop cher, ce seront des fermiers qui les détiendront en attendant leur exécution. Agnes se retrouve à Kornsá dans la ferme où elle a grandi après que sa mère l’ait abandonnée. Les fermiers, horrifiés d’héberger une meurtrière, tentent d’éviter tout contact avec elle, mais vivre sous le même toit, la faire travailler, les oblige à la tolérer, si ce n’est l’accepter pari eux .Le révérend Tóti, chargé de purifier son âme, va être fortement tourmenter par cette femme, qui finira par lui raconter sa vérité ….Hannah Kent s’est inspiré d’une histoire vraie pour ce magnifique, froid et austère roman, Agnes Magnúsdóttir fut la dernière femme exécutée en Islande, les différents récits sur cette sombre histoire la décrivent comme une « sorcière inhumaine, attisant les pulsions meurtrières. », l’auteure, elle, a voulu rendre un portrait plus contrasté de cette femme à qui on finit par s’attacher et dont le funeste destin ne nous laisse pas insensible. Un roman à ne pas laisser passer !